Le pas est franchi, vous avez préparé psychologiquement votre entourage à l’arrivée prochaine d’un rat ! Encore faut-il l’accueillir correctement, de façon qu’il prenne rapidement ses marques et se sente chez lui. Petits conseils sur le choix et l’aménagement de la cage, et sur l’alimentation de votre futur rat...

 

 

L’habitat

 

• Malgré sa (relative) petite taille, le rat est un animal qui a besoin d’espace pour bouger et faire un minimum d’exercice. Une cage à hamster est à proscrire, il s’y sentirait très vite à l’étroit. Habituellement, on considère qu’il faut au minimum 0,06 m3 par rat, avec au moins 30 à 40 cm de hauteur sous plafond, car le rat est un animal qui aime grimper.

• Pensez à choisir une cage dont le système de fermeture est efficace : le rat est très intelligent et apprend très vite à déverrouiller la porte ! Au besoin, renforcez avec un système de sécurité supplémentaire.

• La cage sera placée de préférence en hauteur, au calme, dans une pièce aérée dont la température se situe entre 18 et 22 °C, à l’abri des courants d’air ou des sources directes de chaleur. Évitez la cuisine (odeurs désagréables), la salle de bains (trop humide), ainsi que la proximité d’appareils bruyants (TV, chaîne, haut-parleurs...), car le rat a l’ouïe très sensible. Proscrivez les aérosols (parfums d’ambiance, anti-insectes), ainsi que la fumée de cigarette.

• Pour occuper votre rat, n’hésitez pas à installer plusieurs plateformes, des tunnels, des hamacs, une ou des petites « cabanes », des jouets en bois à rouler et/ou ronger, des bûchettes et pierres à ronger (pour user les dents qui poussent en continu) : plus la cage sera spacieuse et équipée, plus votre rat sera heureux.

• La litière que vous placerez au fond de la cage a toute son importance et ne doit pas être choisie à la légère : l’idéal est la litière de chanvre, qui absorbe bien et n’est pas toxique. Comme elle reste sèche en surface, cela limite les odeurs et prévient les problèmes de pododermite. Il existe aussi des tapis (de lin – jetable- ou en fourrure de polyester – lavable-) qui peuvent plutôt être utilisés en complément de la litière, ou pour des cages de transport ou de convalescence. En dépannage, le papier journal peut s’avérer pratique et économique. Mais attention, les rats aiment le grignoter, et l’encre peut être toxique. En revanche, mieux vaut éviter la litière pour chats, ou les copeaux de bois, trop poussiéreuses et nocives pour les voies respiratoires.

 

 

L’alimentation du rat

 

Une alimentation équilibrée est la base pour conserver son animal en bonne santé.

Le rat est un rongeur omnivore, c’est-à-dire qu’il se nourrit d’aliments d’origine animale et végétale.

Ses besoins énergétiques varient en fonction de son âge et de son état physiologique (croissance, gestation) ou de son activité. Une alimentation trop riche pourra entraîner du surpoids et divers problèmes de santé.

Ses besoins en eau sont d’environ 10 ml pour 100 g de poids corporel. L’eau doit toujours être propre et fraîche ; c’est pourquoi l’on optera plutôt pour un biberon, dont on vérifiera régulièrement la bille. Les gamelles d’eau sont plus fréquemment renversées ou souillées par des déjections, de la litière, ou de la nourriture.

Les rats pratiquent la coprophagie (ils ingèrent certaines de leurs crottes), essentiellement la nuit. Cette pratique permet aux rats de récupérer des nutriments et vitamines synthétisés par le microbiote intestinal.

 

Quel aliment choisir ?

 

Il est toujours possible de préparer une ration ménagère. Mais outre le fait qu’il est fastidieux de préparer les repas chaque jour, il est de plus compliqué d’équilibrer parfaitement la ration, dans la mesure où les ingrédients sont difficilement maîtrisables.

Les aliments industriels sont donc plus faciles d’emploi et plus constants dans leur composition. Les mélanges de graines peuvent toutefois entraîner des déséquilibres et carences, lorsque les rats font la fine bouche et trient leurs aliments. C’est pourquoi les aliments extrudés sont à privilégier, puisqu’ils ne peuvent être triés. Sur des rats de poids normal, les granulés pourront être laissés à libre disposition. Chez ceux ayant tendance à l’embonpoint, la ration sera fractionnée en au moins deux à trois repas.

Il est conseillé de distribuer également, en complément des extrudés, des aliments frais (fruits et légumes), qui apportent vitamines et eau, et qui représentent des sortes de friandises.

Enfin, pour assurer une bonne usure des dents, branchettes, pierres, friandises à ronger, voire foin, pourront être proposés.

Côté contenants, on privilégiera les gamelles en céramique ou porcelaine, plus lourdes que celles en plastique, et qui ne se renversent pas, ou encore des gamelles pour oiseaux fixées aux barreaux de la cage.

 

 

L’hygiène

 

Le rat est un animal très propre qui se toilette plusieurs fois dans la journée. Vous pouvez le brosser avec une brosse douce une fois par semaine : cela permettra de retirer les peaux mortes et les poussières du pelage.

Il vous faudra aussi veiller à l’usure des griffes, car le rat ne les use pas suffisamment en cage : il s’agit d’une manipulation délicate, et la première fois, il est recommandé de demander à votre vétérinaire de vous montrer, et au besoin de superviser votre premier essai ; en effet, si l’on coupe trop court, on risque de faire saigner la griffe.

Les déjections et la litière souillée doivent être retirées chaque jour, la litière changée en totalité chaque semaine, en même temps qu’un nettoyage complet et une désinfection de la cage et des accessoires. Il est possible d’utiliser n’importe quel produit ménager, à condition de bien rincer. Vous éviterez toutefois les produits trop parfumés, car le rat, dont l’odorat est très développé, pourrait être incommodé. Les barreaux peuvent être nettoyés avec une lingette, puis rincés avec un chiffon humide.

 

 

Rédigé par : Isabelle Mennecier - Docteur Vétérinaire

19/06/2017