Comme il a été vu dans l’article précédent, les otites sont relativement fréquentes chez le chien, et leurs causes sont multiples. Toutefois, leur traitement repose sur deux points essentiels : l’élimination des bactéries, levures ou parasites éventuellement présents dans le conduit auditif, et la lutte contre le processus inflammatoire à l’origine des démangeaisons et de la douleur, mais aussi de l’entretien des otites.

 

 

Les otites externes

 

Les otites externes se soignent essentiellement par un traitement local, instillé dans les oreilles.

Mais pour mettre tous les atouts de votre côté, il est nécessaire de respecter certaines règles :

 

• Tout d’abord, l’idéal est de faire réaliser un nettoyage approfondi du conduit auditif de l’animal par votre vétérinaire.

 

La plupart du temps, cela se fait sur l’animal vigile ; les débris cellulaires/parasitaires, ainsi que l’excès de cérumen, s’accumulent au fond du conduit auditif, favorisant le développement de germes pathogènes, et empêchant également la bonne diffusion des traitements locaux sur les parois du conduit. Votre vétérinaire vous montrera les bons gestes à avoir lorsque ce sera à votre tour de nettoyer les oreilles de votre chien. Au besoin, vous pourrez lui demander d’essayer sous son contrôle, de façon à être efficace.

 

• Comment procéder ?

 

Il convient d’utiliser une solution nettoyante spécifiquement adaptée, non irritante. Quelques gouttes seront instillées dans le conduit, en tirant délicatement le pavillon auriculaire de votre chien vers le haut (Petit rappel : le conduit auditif du chien étant coudé, vous ne risquez pas de blesser le tympan, même si vous introduisez profondément l’embout dans l’oreille).

Puis doucement- surtout si votre animal semble manifester de la douleur – vous massez la base de l’oreille, sous l’orifice du conduit, de façon à bien répartir le produit nettoyant, et à décoller les débris/le cérumen accumulés. Enfin, avec un morceau de coton, on pourra récupérer ce qui était « coincé » au fond du conduit.

Votre vétérinaire effectuera un premier « décrassage » aussi méticuleux que possible, mais ensuite il vous faudra prendre le relais, à raison d’un bon nettoyage tous les 3 à 4 jours. Évitez les cotons-tiges, qui risquent de repousser le cérumen au fond du conduit. Il est possible de les utiliser juste pour nettoyer dans les replis du pavillon auriculaire.

 

Une fois la majeure partie des débris et du cérumen retirée, les produits traitants locaux peuvent être appliqués. Ils doivent être introduits profondément dans le conduit auditif, de façon à agir sur toute sa longueur, jusqu’au tympan. Pour ce faire, il faut de nouveau tirer délicatement le pavillon vers le haut, et introduire l’embout, souvent long et souple quasi-totalement sans le conduit, suivant une direction verticale, et vers le bas. Les traitements intra-auriculaires sont concentrés en antibiotiques et/ou anti-inflammatoires.

 

Parfois, il arrive que sur des otites anciennes et/ou récurrentes, il y ait un épaississement important de la paroi du conduit (allant dans certains cas jusqu’à une calcification). L’animal refuse que l’on touche son oreille ou la périphérie de celle-ci. Au besoin, votre vétérinaire proposera un nettoyage sous anesthésie générale (de courte durée) pour initier le traitement, et prescrira des anti-inflammatoires par voie générale pour limiter l’inflammation et la douleur et vous permettre de continuer plus facilement les traitements locaux.

 

Bien entendu, s’il existe une cause déclenchante de l’otite, celle-ci sera prise en charge : retrait du corps étranger s’il y a présence d’un épillet, traitement antiparasitaire en cas d’otacariose ;

Pour la « gale des oreilles » particulièrement, il existe actuellement des traitements acaricides en spot-on ou par voie orale. Votre vétérinaire vous conseillera la meilleure option. Et si vous avez plusieurs compagnons à quatre pattes, il vous faudra traiter tous les animaux du foyer, car l’otacariose est très contagieuse.

Si l’otite de votre animal est liée à une hypersensibilité, à l’alimentation, aux puces, à des allergènes environnementaux, des solutions appropriées pourront être proposées. Comme par exemple une alimentation hypoallergénique en cas d’allergie alimentaire, des anti-acariens en cas d’allergie aux piqûres de puces, des antihistaminiques ou corticoïdes en cas d’allergie autre d’origine indéterminée.

 

 

Les otites moyennes

 

Les traitements locaux n’ont d’intérêt dans une otite moyenne que si elle est associée à une otite externe, car les traitements locaux ne passent pas à travers le tympan. Un traitement général de 4 à 6 semaines, à base d’anti-inflammatoires et d’antibiotiques à bonne pénétration auriculaire sera instauré.

 

 

Les otites compliquées

 

En cas d’otite externe avec remaniements importants du conduit auditif (qui empêchent tout traitement local), ou d’otite moyenne ne répondant pas au traitement général, une chirurgie peut être envisagée. Votre vétérinaire vous proposera les différentes solutions chirurgicales en fonction du cas de votre animal : abaissement du conduit auditif, voire ablation complète dans les cas les plus graves (assez rares cependant), trépanation des bulles tympaniques...

 

 

À ne pas faire !

 

• « C’est bon, l’oreille de mon chien semble propre, j’arrête le traitement ! »

Le conduit auditif ayant une forme en L, il peut rester des germes au fond du conduit auditif sans que cela se remarque à l’œil nu. Le chien arrête de se gratter et de se plaindre, mais il n’est pas totalement guéri pour autant. Un arrêt trop précoce du traitement peut donc entraîner la persistance au fond du conduit auditif de bactéries qui deviennent résistantes aux traitements habituels, favorisant ainsi la réapparition d’otites de plus en plus difficiles à guérir. Avant d’arrêter un traitement, n’hésitez pas à faire contrôler le conduit auditif de votre chien par votre vétérinaire, qui seul pourra examiner le conduit à l’otoscope et apprécier si l’otite est guérie ou pas.

 

• « Mon chien présente de nouveau tous les symptômes d’une otite. Il me reste un peu du traitement de la fois précédente. Je vais l’utiliser. »

Deux otites successives n’ont pas obligatoirement la même origine ! Votre chien pourrait avoir cette fois un corps étranger, ou des polypes, que seul un examen otoscopique permettra de déceler. De plus, s’il y a perforation du tympan (que seul le vétérinaire peut voir), la plupart des traitements locaux d’otites sont contre-indiqués, pouvant entraîner de graves effets secondaires. Par conséquent, toute suspicion d’otite doit s’accompagner d’une visite chez votre vétérinaire !

 

 

Rédigé par : Isabelle Mennecier - Docteur Vétérinaire

24/04/2017